Cap à l’Ouest, partie 1 : les grassettes

Petit WE en Gironde, l’occasion de changer d’air (assez frais il faut bien le dire…) et d’eau puisque nous allons tester une rivière à truite mythique, la Touvre, et nous essayer à la pêche côtière du bar aux leurres.

Nous commençons donc par la Touvre, qui est une rivière très particulière : grosse résurgence qui s’écoule sur une quinzaine de kilomètres jusque dans la Charente. Son débit en ce moment est d’environ 18 m3/s, la rivière est assez large (environ 100 m) et l’habitat principal est composé des herbiers qui se développent un peu partout. La profondeur est assez faible, ce qui permet le wading.

IMG_0081

 

Aujourd’hui il fait un temps particulièrement… océanique, 14°C, des averses et des rafales de vent à 50 km/h, tandis qu’à Annecy d’après Quentin il fait 24°C.

Nous voilà donc en fin de matinée à pied d’œuvre, sur le parcours no-kill, il a fallu répartir le pique nique un peu partout :

IMG_0069

 

La première approche est un peu déstabilisante, d’autant que nous ne voyons pas beaucoup de poissons… nous en verrons en fait très peu, probablement du fait du dérangement lié à la présence de très nombreux pêcheurs qui arpentent la rivière dans tous les sens… Myriam a pris la canne à mouche et moi celle à leurre,  afin de pouvoir s’adapter aux conditions.

Le premier spot prometteur est pêché par 3 personnes, on passe. Quelques gobages permettent à Myriam de sortir les mouches sèches mais c’est petit et irrégulier, ça ne donne rien.

IMG_0076

Une 50+ nous passera dans les pieds, ça fait plaisir et ça donne confiance. Je n’ai pas encore beaucoup pêché, et après le casse-croûte je décide d’aller chercher les poissons dans des endroits un peu improbables, ou tout au moins peu fréquentés. Je skippe alors mon LS sous les frondaisons et contrôle ma dérive dans les veines d’eau les plus puissantes et les plus profondes, les jolis poissons doivent bien se planquer là ! Un premier suivi d’une fario d’environ 45 cm me donne raison.

Mais j’ai beau continuer cette approche, rien de plus ne vient, si des pêcheurs, encore et toujours des pêcheurs. Myriam tente un peu sa chance aux leurres puis attaque à nouveau des gobages éparses et peu coopératifs, c’est pas la fête !

Je décide de changer de secteur et attaque un bras très courant au milieu des herbiers en bordure de frondaison, quand mon leurre s’arrête en plein courant… ferrage et c’est lourd, très lourd. Le poisson est très vigoureux et me met la misère dans le jus, je suis obligé de courir après !

J’arrive finalement à la faire rentrer dans ma ridicule et trop petite épuisette (faut vraiment que j’investisse), d’ailleurs elle repart se planter dans les herbiers mais la messe est dit et elle pose quand même sur la photo. Ces poissons surnommés “grassettes” à très juste titre sont vraiment hors norme, de vrais saumons avec en plus une robe magnifique. Je ne m’avancerai pas à estimer son poids mais même les truites jurassiennes paraissent fines à côté, elle mesure entre 50 et 55 cm. Au point que j’ai du mal à la manipuler et la seule photo du poisson entier sera celle-là, pas très valorisante :

IMG_0089

Sinon il y a celle-là aussi, sans la queue :

IMG_0091

 

Pas capot, c’est toujours un bon résultat sur un nouveau spot, et avec un aussi joli fish c’est le pied !

Je continue ma prospection, toujours peu de poissons vus si ce n’est cette anguille métrée qui me sort littéralement entre les waders, sensation !

Un autre spot un peu exotique : un petit canal assez profond, sans habitat hormis les sous berges et avec un courant à 3 m/s. Certainement moins fréquenté, ça peut valoir le coup de tenter : je pêche plein amont, et mon fil entame une trajectoire oblique tout à fait anormale… ferrage c’est pendu et c’est encore du lourd. Le poisson descend vers moi, et au moment où il me voit fait demi-tour et m’envoies un rush magistral d’au moins 10 m, je la vois se tourner et elle se décroche argh… un doublé de gros poissons ça aurait eu de la gueule… mais le frein était trop serré !

Plus d’activité notable, à la mouche non plus, après avoir été regarder quelques spots plus à l’amont nous décidons de plier les gaules, demain il faut se lever tôt pour partir pêcher à Oléron. A suivre !

IMG_0114

Aucun commentaire.