Nos première truites

Petite parenthèse d’eau froide entre deux reportages sur le Costa Rica.

L’ouverture… ben en général je ne la fais pas car je n’aime pas la foule sur mes rivières à truites. C’est souvent décalé au lundi, cette semaine ce sera même le mardi !

J’ai eu le nez creux, pas un pêcheur, je pêche en tee-shirt l’après-midi, que demander de plus ?

Des poissons, oui il y en aura bien quelques-uns.

Le début de journée n’est pas évident car il faut réinventer la pêche sur cette rivière où je n’ai pêché qu’à l’étiage… où sont les poissons ? Ce n’est qu’en fin de matinée que les zébrées vont commencer à me livrer leurs secrets, une première touche brutale d’un poisson d’environ 45 cm vient ouvrir cette nouvelle saison :

IMG_2570

Il ne faut pas hésiter à beaucoup peigner pour trouver les secteurs où les poissons sont actifs, à ce petit jeu cela commence par une 60+ qui me fait plusieurs suivis jusque dans les waders sans conclure l’affaire !

Les poissons sont bien présents dans ce courant, même si j’essuie une autre série de refus par une plus petite, l’eau froide de fonte a tendance à les rendre un peu tatillonnes.

Et voici un autre poisson qui file jusqu’à l’épuisette, puis une grosse cartouche dans le courant mais qui tourne court.

IMG_2577

Sur ce même spot en tête de courant mon leurre est intercepté dès sa chute dans l’eau pour la 4ème truite du jour…

IMG_2601

Et à nouveau un looonnnggg secteur sans touche, il faut persévérer pour trouver les poissons actifs, au détour d’une radier très courant je ferre la dernière truite du jour.

C’est qu’on devient vite un peu blasé, j’ai fait 5 truites entre 35 et 50 cm et je trouve ça juste “normal”…

Quelques jours plus tard c’est en couple que nous nous attaquons à une rivière dont les débits ont forci.

Pas simple pour Myriam qui n’avait encore jamais pêché la truite au leurre…

Il faut y croire, la preuve ce premier poisson qui rejoint assez rapidement l’épuisette :

IMG_2581

Puis je me fais atteler par du très sérieux, genre un barbeau en plein courant qui ne décolle pas (ah oui ici il n’y a pas de barbeaux !), chaque fois que j’essaye de brider le poisson dévale de 10 m et je le suis tant bien que mal, le courant est fort il faut être prudent. Au bout de plusieurs minutes de ce petit jeu, elle se décroche, argghhhh !

Myriam est en proie au doute, nous changeons de spot, je touche / décroche un autre poisson dans ses pieds, elles sont bien là ça va finir par rentrer !

Nouveau changement dans un courant très soutenu avec peu de fond, il n’y a aucune raison que les poissons soient sur un poste pareil en début de saison… et ben si.

IMG_2599

Je m’éloigne un peu en disant à Myriam que si elle a une touche, elle n’a qu’à m’appeler, vu que son épuisette est dans la voiture 🙂  et 3 minutes après me voilà accourant entre les saules pour venir épuiseter sa première truite :

IMG_2587

Nous enchaînons pas moins de 6 touches en moins d’une heure, avec pour résultat 2 truites pour madame et deux pour votre serviteur, j’ai hélas décroché un poisson d’une soixantaine de cms qui a encore su bien gérer le courant pour se faire la malle.

Voici quelques photos, c’est toujours compliqué de prendre les truites correctement :

IMG_2595

IMG_2583

Un dernier spot me rapporte un petit poisson de 35 cm, mais avec une belle attaque à vue, et il est temps de rentrer.

Le lendemain je suis cette fois seul, la rivière a grossi dans la nuit… Du coup j’essaye un nouveau secteur de gorges, les postes sont de fait très limités et je passe plus de temps à crapahuter qu’à pêcher. Mais sur les 3 vrais spots attaqués je touche à chaque fois une truite, même si la taille est “modeste” pour la rivière, soit entre 35 et 40 cm. Un chouette moment en pleine nature en tout cas.

IMG_2610

Plus tard le secteur de la veille ne me rapporte cette fois plus qu’une truite, par conséquent je décide de m’attaquer à un très grand plat courant, j’y passerai environ 1h30 mais la persévérance paye car cela me rapportera 2 truites dont une joli 50+ qui vient clore ma semaine d’ouverture.

IMG_2605

Vivement que la fonte soit passée, enfin à l’heure où j’écris cet article la rivière a passé les 500m3/s, soit une crue décennale !

 

 

 

 

 

Aucun commentaire.