Ni tigres ni nains mais des maquereaux en pagaille !

Là je tiens le titre de l’année !

Changement de stratégie pour ce dernier jour, d’autant que sur la côte la météo annonce 40 km/h de vent avec des grains, les joies de l’océan en somme. Nous allons donc pêcher la zone entre l’île et le continent et faire une photo à côté d’un fort bien connu :

IMG_3163

Nous pêchons donc les bordures des plateaux aux leurres de surface ou sub-surface. Pas la folie, nous touchons des orphies et quelques petits bars.

IMG_3147

Puis direction les parcs à huître pour tenter une autre pêche… en fait comme la marée est haute c’est assez compliqué de s’y retrouver pour l’instant car on ne voit que le haut des tables, matérialisé par des morceaux de bois.

En zonant nous apercevons des goélands au comportement un peu louche… ça ne ressemble pas aux chasses de Méditerranée mais nous nous doutons qu’il se trame bien quelques chose. En s’approchant nous voyons un banc de petits poissons très denses qui, comme “un seul poisson”, sautent hors de l’eau sous l’assaut de prédateurs.

Ah ça c’est bon, hélas le banc est très mobile et il est compliqué de le suivre avec le fort vent qui souffle. Les poissons ont en plus la bonne idée d’aller se faire défoncer dans un secteur interdit aux bateaux, bref ça sent la loose d’autant que je pique un poisson bien combatif qui se décroche avant d’arriver au bateau.

Avons-nous loupé l’action de la journée ? en fait non !

Une nouvelle chasse plus conséquente éclate à un petit kilomètre de là et nous voilà partis plein pot, ça on sait faire. Cette fois je me mets au vent et nous stabilise à l’électrique, là ça le fait et nous rentrons nos premiers maquereaux, des poissons sympas entre 30 et 45 cm, bien combatifs. Ils se prennent même sur les hameçons drop shots situés 50 cm avant nos leurres, hameçons qui servaient à tenir un petit trailer que j’ai retiré pour mieux lancer, mais a priori ça reste attractif et permet des doublés.

Enfin surtout pour Myriam qui fait 7 ou 8 poissons tandis que j’en sort péniblement 2… Le bateau qui nous rejoint n’arrive pas à se stabiliser et fait chou blanc… d’ailleurs il ne s’attarde pas trop.

IMG_3156

Le temps est pourri mais on s’en fiche ça pêche. La chasse se calme et nous continuons notre route. Quand tout à coup…

Un nuage d’oiseaux comme je n’en avais jamais vu ! Nous avons du mal à y croire. Un bateau est visible à proximité, peut être un pro qui sort son filet d’où cette euphorie ? Ben non les gars ont des cannes et balancent des leurres. C’est en fait une énorme chasse !

Et là c’est la folie pendant deux heures, tandis que l’autre bateau quitte rapidement les lieux car il dérive trop vite et que le vent forcit, nous enchaînons les lancers et les doublés petits bars / maquereaux et même un chinchard perdu dans le lot c’est du grand n’importe quoi.

IMG_3166

Dur de bien cadrer les photos, ça bouge beaucoup !

Le moteur électrique est quasi à fond pour nous tenir face au vent et ça enchaîne, on se régale.

Désolé les photos sont rares on a autre chose à faire 🙂

La chasse se calme, les oiseaux finissent pas se disperser mais nous restons sur le banc que l’on suit au sondeur, le but étant de faire toucher le jig au fond sans se faire intercepter avant !

IMG_3161

Le temps passe à toute vitesse alors que nous sommes dans une mer bien agitée, sous les grains parfois, que l’on ne voit plus la terre, mais c’est pas grave on s’amuse !

IMG_3170

Tout à une fin, les poissons se calment et les batteries sont vides, il est temps de faire la quinzaine de kilomètres qui nous sépare du port pour rentrer, sortir le bateau et rincer tout le matos.

La pêche en mer quand ça veut rigoler, c’est un autre dimension !

Aucun commentaire.