Cinq jours sur la Grande Bleue (2) : tout seul

Mon coéquipier est retourné bosser et ma chérie n’est pas encore arrivée, du coup je suis seul, bah ça va je vais m’en sortir quand même 🙂

Au bord de l’eau dès le lever du soleil, cette fois une énorme chasse éclate et dure 20 minutes, résultat pas une touche ! C’est vraiment incroyable la capacité qu’on parfois ces poissons à trier…

La pêche est souvent plus facile en profondeur dans ces conditions là, alors que tout le monde s’éparpille je reste sur zone et cherche des poissons au sondeur, un petit coup de jig et je rentre quelques chinchards et un joli maquereau :

IMG_4274

Ensuite il faut chercher, guetter, c’est plutôt calme ce matin jusqu’à ce que j’aperçoive une chasse gigantesque au large, je pars plein pot ça va cartonnnneeeerrrr et il n’y a personne dessus… Enfin si des militaires qui préparent une opération de déminage et qui me prient de respecter une distance de sécurité de 300 m pendant 20 mn. Résultat des courses une fois leur boulot fini les poissons sont partis et je ne peux que compter les cadavres d’anchois laissés en surface par les prédateurs, arf.

De retour plus au bord, quelques petites chasses éclatent avec à la clef de jolies oblades, je crois que j’ai photographié la plus petite !

PB110010

Puis je vois au loin un groupe de mouettes bien excitées, ça sent bon. C’est une chasse de beaux maquereaux, et là c’est la fête, à peine mon jig est-il tombé dans l’eau qu’il est violemment intercepté et c’est parti pour un combat très fun sur ma canne légère (Veritas M).

IMG_4310

J’enchaîne rapidement 5-6 poissons quand l’eau autour du bateau se met à littéralement bouillonner ce sont des pélamides !!

Quel spectacle incroyable que ces poissons de plusieurs kilos qui poursuivent leurs proies en surface, il m’en faut une au bout de la ligne !

Au bout de 3 jours de cette pêche je suis quand même un peu affûté par conséquent mon jig se retrouve rapidement au bon endroit, deux tours de manivelle et BOUM le poisson est au bout. Dzzzzzzzzzzzziiiiiiiiiiiii ça envoi sévère quel combat !

Désolé pour la photo, c’est déjà compliqué lorsqu’il y a des chasses, mais seul avec un poisson qui gigote sans arrêt ça donne ceci, un souvenir quoi !

IMG_4326

La chasse est finie, mais il reste pas mal d’échos sous le bateau, je m’I-ancre (le I Pilot aura été un atout majeur sur pas mal de situations de pêche pendant ce séjour,n ça avait d’ailleurs l’air d’intéresser les locaux qui connaissent très peu ce matos en mer) et je jig…

IMG_4315

Bien m’en a pris je pique une bonne demi-douzaine de poissons dont 5 dorades royales (un échantillon en photo, la plus jolie faisait son kilo) et 2 sars.

IMG_4319

Mes voisins qui me voient rejeter les poissons à l’eau viennent tenter leur chance mais je leur faire comprendre poliment que je préfère les relâcher.
Le réflexe du prélèvement systématique et parfois inconsidéré en mer (genre 15 bonites), est franchement agaçant.

L’activité se concentre surtout le matin, il est presque 14h et tout est très calme. En même temps ce n’est pas plus mal ça me laisse l’occasion de casser la croûte…

Je zone par-ci par-là, quelques oblades m’occupent une demi-heure puis je décide de sortir un peu plus au large “au cas où”, j’aperçois 2-3 jolis ploufs, je lance pour voir, eh bien des fois ça marche me voilà pendu à une autre joli pélamide !

J’abandonne l’idée de faire une photo seul avec cette bestiole frétillante.

Fin de la journée, je suis cuit, il faut que je récupère Madame à la gare et nous filons plus à l’Est pour nous occuper des bonites !

 

A suivre…

 

 

Aucun commentaire.