Un sursis pour la Bienne !

Une bonne nouvelle pour une année de plus, un peu frustrant de se dire que l’on jouit d’un espèce de privilège à pouvoir pêcher de tels poissons en étant “obligés” de les relâcher. Comme si c’était un anomalie, ça interrogerait bon nombre de pêcheurs de salmonidés américains, néo-zélandais, écossais… mais bon nous sommes en France.

Enfin c’est toujours ça de gagné, et un vrai bon exemple au niveau national. Sous couvert d’un argumentaire assez subtil dirons nous je vois surtout des gestionnaires qui ont des couilles, il n’y a pas d’autre mot, alors bravo à eux. La rivière n’est pas pour autant guérie de ses maux mais l’impact des pêcheurs est ainsi réduit, quant à la qualité de pêche, il n’y a pas de raison qu’elle ne progresse pas !

Voilà le communiqué, source Blog de la Fédé du Jura :

Communiqué de l’AAPPMA de Saint-Claude ” LA BIENNOISE ” concernant l’avenir du parcours no-kill de la basse Bienne

Après 2 années de fermeture suite à un épisode de surmortalité survenu en 2012, la pêche a rouverte en 2014 sur la basse Bienne.
Afin de préserver un cheptel piscicole en rémission, la décision avait été prise fin 2013 de ne pas autoriser le prélèvement de truite en 2014 par la mise en place d’un parcours no-kill sur les 23km de parcours qui avaient été fermés à la pêche.
Force est de constater que cette disposition règlementaire a permis à un grand nombre de pêcheurs d’arpenter à nouveau ce parcours tout en préservant le peuplement salmonicole.

Les retours des pêcheurs ont été dithyrambiques car les résultats ont à été la mesure de la frustration qui avait suivi l’annonce de la fermeture de cet extraordinaire parcours.
Des pêcheurs des quatre coins de l’hexagone ont ainsi pu renouer avec cette rivière dont l’avenir nécessite plus que jamais la mise en place d’un programme d’actions ambitieux de résorption des sources de pollutions ponctuelles et diffuses encore trop nombreuses.
Les retombées économiques induites par l’activité pêche sur ce territoire sont non négligeables et il serait dommageable de voir les efforts de tous réduits à néant si d’aventure un phénomène de surmortalité similaire venait à se reproduire.

L’avenir du parcours a été au centre des débats en ce début d’été compte tenu des échéances règlementaires s’annonçant. Ainsi, l’AAPPMA de la Biennoise a du se prononcer sur le maintien ou non de ce parcours dans son format actuel.

Les constats sont les suivants :
1. A la date retenue par l’administration pour la rédaction du projet d’arrêté 2015 règlementant la pêche dans le département du Jura, aucune pêche d’inventaire sur la basse Bienne n’aura été réalisée. Or ces données sont nécessaires pour pouvoir accréditer la thèse d’une amélioration de la qualité du peuplement. Il serait ainsi possible de comparer ces résultats à ceux acquis par la Fédération de Pêche du Jura pour le compte du PNR du Haut-Jura en septembre 2012 à Jeurre et Chassal. De telles pêches sont prévues à l’automne 2014.
2. Même si les résultats rapportés par les pêcheurs pour la saison 2014 sont dans la majorité très bons, il n’est malheureusement pas possible de savoir si l’état actuel du peuplement permet un retour à un quota journalier de 3 truites par pêcheur sur tout ou partie du parcours passé en no-kill. En effet, le seul effort de pêche réalisé par les pêcheurs à la ligne ne permet en aucun cas de juger de la qualité du peuplement pisciaire. Seules des pêches d’inventaire permettront de juger de l’état de ce dernier.
3. Les conditions hydrologiques rencontrées lors des été 2012 et 2013 ont été particulièrement favorables pour les poissons de nos rivières et ce partout à l’échelle du massif du Jura. Néanmoins, la canicule du mois de juin 2014 a malheureusement rappelé à tous les observateurs de cette rivière que les problèmes chroniques dont elle souffre depuis des décennies n’ont toujours pas été solutionnés faisant peser une épée de Damoclès sur ses populations salmonicoles.
4. Même si les pêcheurs ont paru dans leur grande majorité satisfaits de la mise en place d’un parcours no-kill sur ces 23km, il est nécessaire pour notre AAPPMA de prendre en compte l’avis de tous ses adhérents. Ce qui ne peut être envisageable compte tenu des délais imposés par l’administration.

Fort de ces constats, les membres du bureau de la Biennoise se sont positionnés en faveur du maintien du parcours no-kill dans son format actuel pour l’année 2015.
En parallèle, notre AAPPMA s’engage à réaliser et à synthétiser avant l’assemblée générale de notre association prévue en février 2015, un questionnaire à destination des pêcheurs concernant l’avenir de ce parcours.
Cette question fera l’objet d’un vote lors de notre assemblée générale en 2015 pour une mise en application en 2016.

Pour la BIENNOISE
Le Président
VARENNE Charles

3 commentaires.

  1. Un très bonne nouvelle et une sage décision qui donne envie d’aller y faire un tour, à la fois pour les poissons et pour soutenir l’AAPPMA.

  2. Bonjour,

    On a ici un exemple d’une grande importance pour déterminer l’impact du No-Kill sur les populations de poisson à grand échelle (23 kms). Une seule pêche d’inventaire est trop faible pour permettre d’avoir une tendance à long terme. Il serait dommage que cette expérience (fortuite) s’arrête. Si l’impression des pêcheurs est confirmée par les pêches d’inventaires cela serait la preuve que l’impact du prélèvement est tout aussi important que la qualité du milieu (je suis personnellement persuader qu’il est plus important sur de nombreux cours d’eau français!). L’impact économique sur la vallée est aussi important (faudrait aussi pouvoir la quantifier). Une année de plus c’est déjà une petite victoire mais il faudrait aller plus loin et j’espère que les réponses au questionnaire seront favorables au maintien du No-Kill.
    Bravo aux membre de la Biennoise et à son président.
    à+

Les commentaires sont fermés.